La Glyptothèque

Rencontre au restaurant

Rencontre au restaurant

Joseph Kessel (1898-1979)

Pascal Génot
Illustration Polysémique
Acheter

« Puis, de sa voix lente, sans inflexion, il se mit à raconter son emprisonnement, les interrogatoires impitoyables, menés par un enquêteur poli, raffiné, mais d’une ruse et d’un acharnement diaboliques, l’envoi de ses camarades à l’exécution, et comment la terreur, la souffrance, les mauvais traitements, avaient à tout jamais éteint ses yeux déjà usés.

Il fut interrompu par Arkadine qui, soudain, cria d’une voix stridente, hystérique :

-  Du champagne, garçon ; du champagne, vite. »

La Mort de Prosper Boudonneau Hirondelle

La Mort de Prosper Boudonneau

Hirondelle

Henri Duvernois (1875-1937)

Éric Dussert
Illustration Polysémique
Acheter

« Ses cartes de visite mentionnaient : « Prosper Boudonneau, Publiciste. » C’était tout. Depuis trente ans, Prosper Boudonneau fournissait de faits-divers certains journaux parisiens, mais il n’appartenait effectivement à aucune rédaction. L’argot du petit journalisme d’autrefois appelait ces auxiliaires des “hirondelles“ parce qu’ils se posent à peine et s’envolent. Boudonneau était une hirondelle un peu meurtrie. (…) On le voyait dévaler sous des pluies battantes, son éternelle canne à la main, les bords de son chapeau Rembrandt transformés en gouttières, sa cravate lavallière triste comme un papillon mouillé. »

Le Couteau

Le Couteau

Francis Carco (1886-1958)

Patrick Raynal
Illustration Polysémique
Acheter

« Ce guide plaisant et bénévole prévenait mes désirs. Tantôt c’est à Montmartre, que je connais pourtant, qu’il poussait une porte sur d’étranges assemblées. Tantôt il m’escortait – en plein Paris, – dans ces débits de vin où d’épais gentleman expédient des « colis » en Amérique du Sud ou encore – et toujours grâce à lui – c’est par le plus providentiel des hasards que j’assistais, en de lointains quartiers, à des arrangements bizarres conclus entre des messieurs distingués, leurs épouses et celles qui « filles d’amour » méditent de s’affranchir. »

Fin de promenade Et trois autres contes

Fin de promenade

Et trois autres contes

Remy de Gourmont (1858-1915)

André Derval
Illustration Polysémique
Acheter

« Il s’aventura en une étrange maison, noire, morne, froide et muette, qui ressemblait à l’hôtellerie de la Mort. Dès l’entrée, il eut peur : des souffles de caves emplissaient la cour où des herbes jaunies entouraient les pavés disjoints. Les fenêtres ne s’ornaient que de vitres fêlées ou cassées. Araman leva la tête, et il fut fort surpris de voir que le sixième étage, le dernier, apparaissait tout resplendissant de fresques et de dorures, tout éclatant de somptueux vitraux que le soleil semblait caresser avec joie et avec tendresse. Un coup de talon lui fit baisser les yeux : l’Inconnue l’attendait et s’impatientait... »