Sergueï Semionov (1893-1942)

Adoubé comme le « Léon Tolstoï incontesté du prolétariat », Sergueï Semionov (1893-1942) est le second fils d’un « tourneur de Pétersbourg ». A l’instar d’Orwell, il défend ses convictions l’arme à la main et se bat aux côtés des bolcheviks. Trois ans de terribles combats. Blessé et malade, il décide de consacrer sa vie à la littérature. Pour un temps, du moins : de 1939 à 1940, il s’engage dans le conflit contre la Finlande. Puis, guerrier au plus profond de son âme, s’enrôle dans la Grande Guerre Patriotique qui opposa l’Union
Soviétique à l’Allemagne nazie de 1941 à 1945.
Il meurt au Front en 1942.

La Faim (1922) est son troisième roman.